Vins Nature

Le vin autrement

26 février 2007

Domaine des Huards

Il n'est que 10 heures lorsque j'arrive au domaine, aussi fais-je d'abord un tour dans les vignes et dans le chai en compagnie de Michel Gendrier. Les installations sont tout ce qu'il y a de plus moderne avec un pressoir pneumatique et des cuves inox thermo-régulées. Le chai à barriques que nous visitons ensuite apporte une note plus traditionnelle. Armé d'une pipette, Michel me fait déguster un certain nombre de lots de 2006: contrairement à certaines régions, ce sera un beau millésime car ils ont pu ramasser le raisin juste avant que le temps se gâte mi-septembre.

DSCF4558

Peu de barriques neuves sont utilisées afin de ne pas trop marquer le vin. Les barriques d'un vin proviennent d'un domaine bourguignon prestigieux que je ne nommerai pas (pas parce que c'est un secret, mais parce que j'hésite entre deux noms... Rhaaa, la mémoire :oS)

Au bout d'une heure de visite, une petite soif nous vient: et si on dégustait les vins du Domaine?

Cheverny 2005 (85% sauvignon, 15% chardonnay): nez délicat sur les agrumes et les épices. Bouche ronde, croquante, toute en finesse. Fin de bouche légèrement épicée.  Un mariage très sympa entre le fruité du sauvignon et la rondeur du Chardonnay!

Cheverny 2005 "la haute Pinglerie" (assemblage idem mais en barrique): nez sur le citron confit, la brioche et l'amande. La bouche est ample, d'une belle densité avec des arômes confits intenses. Grande persistance. Un beau vin!

Cheverny 2004 "la haute Pinglerie": le nez est sur les agrumes confits, les fruits secs avec une pointe de fumée. La bouche est grasse, plus dense et plus complexe encore que le 2005. La finale est longue et savoureuse. Miam!

Cour-Cheverny 2004 (100% cépage romorantin): nez sur le miel, les fruits confits et une pointe de résine. La bouche est soyeuse, avec un beau gras et une acidité toute en filligrane. La matière est mûre, complexe: on se régale jusqu'au bout de la belle finale!

Cour-Cheverny 2002: nez magnifique sur le coing, la brioche, les épices souligné par des notes terpéniques. La bouche est d'une grande droiture, profondément minérale, avec des notes de roche fumée. Saisissant!

Cour Cheverny 2002 cuvée François 1er (vieilles vignes, élevage en barrique): très beau nez sur le miel, la noisette, les fruits confits et la résine de pin. La bouche est plus ronde que la précédente avec néanmoins une acidité tranchante qui donne une épine dorsale au vin et nous amène avec élégance jusqu'à une finale de haut vol. Epatant!

Rosé 2005: nez sur le bonbon anglais et les épices. Bouche fraîche, fine et élégant. Ca se boit tout seul :o)

Cheverny les Huards 2005 (55% gamay, 30% pinot noir, 15% cabernet-franc): nez sur la griotte, le cacao et les épices. Bouche ronde, gouleyante oserai-je dire... Matière fruitée, croquante, toute en finesse. Finale épicée. Le vin de soif idéal!

Cheverny le Pressoir 2005 (80% pinot noir, 20% gamay): nez sur le noyau et les épices. Bouche plus ample que le précédente, plus dense aussi, avec des tannins veloutés. Finale plus épicée et plus intense. Très gourmand!

Cuvée Jean-François Deniau 04 (50% pinot noir, 40% gamay, 10% cabernet franc - vigne appartenant à l'académicien récemmement décédé): nez sur les fruits rouges et les épices. La bouche est toute en rondeur, avec une matière veloutée, fruitée, plus profonde qu'elle n'y parait au premier abord. Finale minérale sur des notes de silex. Remarquable!

Et pour finir, une vendange tardive de Romorantin:

Cour-Cheverny JM tendresse 2004: nez confit sur l'ananas, le miel et la mirabelle. Bouche dense, suave, avec un superbe équilibre sucre/acidité. La fin de bouche impressionnante par sa matière presque tannique et sa noble astringence. Quelle finale!

Posté par Eric B à 15:36 - Producteurs - Permalien [#]